La startup de taxi aérien de Larry Page rachète l’ancien rival de DJI 3D Robotics

Kitty Hawk, la société de taxi aérien soutenue par le cofondateur de Google, Larry Page, achète ce qui reste de 3D Robotics, ancien concurrent de DJI. Dans le cadre de l’acquisition, le co-fondateur de 3D Robotics, Chris Anderson, deviendra le directeur de l’exploitation de Kitty Hawk.

L’acquisition a été signalée pour la première fois par Forbes, qui a publié vendredi un aperçu détaillé de l’état actuel de Kitty Hawk et de sa nouvelle concentration sur le développement d’un avion électrique télépiloté à décollage et atterrissage verticaux (eVTOL).

Anderson servira sous la direction du PDG Sebastian Thrun, un ancien cadre de Google qui a fondé le projet de voiture autonome de l’entreprise (avant qu’il ne devienne une société autonome Waymo) et a lancé sa célèbre division « X » moonshot.

3D Robotics a été, pendant une courte période, la seule entreprise américaine à essayer de se tailler une place sur le marché naissant des drones grand public face aux premiers entrants comme le français Parrot et le chinois DJI. Mais alors que DJI commençait à dominer le marché, 3D Robotics a abandonné son produit grand public (qui avait des capacités autonomes et s’appelait Solo), a licencié certains employés et a passé des années à développer des logiciels pour les drones commerciaux. À la fin de l’année dernière, cependant, la société a demandé à la Federal Aviation Administration de certifier un drone à usage gouvernemental qui « peut » dépendre fortement de l’automatisation, signalant un intérêt persistant pour le matériel.

« La voie des drones aux avions de passagers télépilotés devient de plus en plus claire, en particulier d’une FAA [certification] base », Anderson tweeté Vendredi. « Les deux partagent de nombreuses technologies similaires, des systèmes d’alimentation aux pilotes automatiques, il sera donc intéressant de voir où se rencontrent les drones à plus grande échelle et l’aviation traditionnelle à plus petite échelle. »

3D Robotics n’est pas la seule entreprise de drones à travailler sur la technologie autonome. La startup Skydio a publié deux versions de son propre drone à caméra autonome avant de se concentrer récemment sur les entreprises et les clients militaires.

Page a fondé Kitty Hawk en 2015, bien que la société n’ait rompu sa couverture qu’en 2017. L’objectif initial de la startup était autour d’un petit avion électrique personnel appelé Flyer, qui, selon Kitty Hawk, serait si simple à piloter qu’une licence de pilote ne le serait pas. être requis. Il avait même précisé à l’époque qu’une version commerciale serait disponible fin 2017.

Kitty Hawk a développé un prototype fonctionnel du Flyer et a même présenté une version beaucoup plus élégante l’année suivante. La startup a également révélé un deuxième avion appelé Cora en 2018 qu’elle a confié à une coentreprise avec Boeing. Mais Kitty Hawk a abandonné le Flyer en 2020, licencié des dizaines d’employés et tourné son attention vers un troisième avion électrique en développement. Cet avion, appelé Heaviside, ressemble plus à un avion traditionnel et ressemble plus aux véhicules construits par de nombreuses autres startups eVTOL comme Archer, Joby et Lilium.

Alors que le plan avec Heaviside était à l’origine de le piloter, l’entreprise travaille maintenant à le rendre entièrement autonome, selon le Forbes rapport. Thrun aurait poussé si fort pour ce changement de direction que Kitty Hawk a licencié l’ingénieur derrière l’avion, Damon Vander Lind, en mai après s’être battu pour la vision originale. Le rapport détaille également un certain nombre de départs récents d’employés, y compris quelques ingénieurs qui ont quitté Kitty Hawk après avoir cru que Vander Lind avait exercé des représailles contre eux pour avoir soulevé des problèmes de sécurité à propos de Heaviside.

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *