Amazon lance Parler hors de son service d’hébergement Web

Dans le dernier coup porté à l’application sociale Parler, Amazon a déclaré samedi qu’il suspendait la société de sa plate-forme d’hébergement Web à compter de 23h59 PST dimanche. Rapporté pour la première fois par Actualités BuzzFeed à moins que Parler ne trouve un autre service d’hébergement Web, le site sera déconnecté dimanche soir.

Le PDG de Parler, John Matze, a déclaré dans un message sur le site samedi soir que le site pourrait être hors ligne pendant jusqu’à une semaine «alors que nous reconstruisons à partir de zéro». Matze a déclaré que la société s’était préparée à un tel événement, «en ne comptant jamais sur les amazones [sic] infrastructure propriétaire et construction de produits bare metal. »

Il a ajouté que «beaucoup» étaient en concurrence pour les affaires de Parler et a accusé Amazon, Google et Apple d’une attaque coordonnée pour tuer la concurrence. «Nous avons réussi trop vite, a écrit Matze. «Vous pouvez vous attendre à ce que la guerre contre la concurrence et la liberté d’expression se poursuive, mais ne nous comptez pas.»

Selon BuzzFeed, Amazon Web Services (AWS), a déclaré aux responsables de Parler que la violence dans les publications sur le site allait à l’encontre de ses conditions de service et qu’elle ne pensait pas que Parler avait mis en place un processus pour se remettre sur les rails. «Parce que Parler ne peut pas se conformer à nos conditions de service et présente un risque très réel pour la sécurité publique, nous prévoyons de suspendre le compte de Parler à compter du dimanche 10 janvier à 23 h 59 PST», a écrit l’équipe de confiance et de sécurité de l’entreprise dans une lettre à Speaking.

Plus tôt samedi, un groupe d’employés d’Amazon a demandé à l’entreprise de rompre sa relation avec Parler et d’arrêter de fournir des services d’hébergement Web à la plate-forme. Les employés d’Amazon pour le changement climatique et la justice ont tweeté samedi qu’Amazon Web Services, le service d’infrastructure Internet de l’entreprise qui est l’épine dorsale de nombreux sites Web et applications, devrait «refuser les services de Parler jusqu’à ce qu’il supprime les messages incitant à la violence, y compris lors de l’inauguration présidentielle».

Parler est devenu populaire parmi les partisans du président Trump, alors que des plateformes comme Twitter et Facebook ont ​​resserré leurs politiques de modération. Le groupe d’employés d’Amazon comprend de nombreux travailleurs hautement qualifiés de l’entreprise, notamment des scientifiques des données et des développeurs de logiciels. Ce n’est pas la première fois que le groupe remet en question les pratiques de son entreprise; il a publié une lettre en avril 2019 appelant Amazon à adopter un plan pour lutter contre le changement climatique et à mettre fin aux contrats d’AWS avec les entreprises de combustibles fossiles.

Parler a été à l’honneur ces derniers jours, le groupe d’activistes Sleeping Giants appelant à retirer l’application des magasins d’applications en réponse à des messages appelant à la violence contre les élus. Les captures d’écran montrent des messages sur Parler – connus sous le nom de pourparlers – appelant le vice-président Mike Pence à affronter un peloton d’exécution et encourageant les «Patriots» à retourner à Washington DC le 19 janvier avec des armes.

Conformément à la politique d’utilisation acceptable d’AWS, les clients ne peuvent pas utiliser ses services «pour une utilisation illégale, nuisible, frauduleuse, contrefaisante ou offensante». AWS a rompu ses liens avec le site social de droite Gab en 2019, pour avoir enfreint sa politique contre les contenus haineux.

Vendredi, Google a supprimé Parler de son Play Store car il ne disposait pas d’un mécanisme robuste pour modérer le «contenu flagrant», selon un communiqué. «Nous sommes au courant de la publication continue dans l’application Parler qui cherche à inciter à la violence continue aux États-Unis», indique le communiqué.

Tard samedi, Apple a également interdit Parler de son App Store. Selon un rapport, avant son interdiction, Parler s’est hissé à la première place de l’App Store vendredi soir.

Parler n’a pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires de Le bord le samedi.

Mise à jour le 9 janvier, 21 h 40 HE: Ajoute un rapport selon lequel Amazon expulsera Parler de son service d’hébergement AWS dimanche

Mise à jour le 9 janvier, 22 h 02 HE: Ajoute le commentaire du PDG de Parler et la confirmation d’Amazon

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *