L’application sociale Parler aurait reçu un financement de la famille conservatrice Mercer

L’application de médias sociaux Parler reçoit le soutien financier de l’investisseur conservateur de fonds spéculatifs Robert Mercer et de sa fille Rebekah, Le journal de Wall Street signalé. L’application, fondée comme une alternative à Twitter et Facebook et se présente comme «neutre du point de vue», a enregistré près d’un million de nouveaux téléchargements dans les jours qui ont suivi l’élection présidentielle américaine, la propulsant au sommet des boutiques d’applications iOS et Google Play.

Parler s’est transformé en une sorte de foyer de facto pour les protestations des conservateurs contre l’élection – y compris la campagne persistante «Stop the Steal» – après que la course a été appelée pour l’ancien vice-président Joe Biden. Plusieurs personnalités conservatrices de haut niveau des médias sociaux ont encouragé les gens à abandonner Twitter et Facebook en raison de leurs politiques de modération, et à les suivre plutôt sur Parler.

Selon le WSJ, les Mercers, connus pour leur soutien financier à des causes et des organisations conservatrices, dont Cambridge Analytica, n’ont pas encore révélé leur lien avec Parler.

Parler n’a pas immédiatement renvoyé une demande de commentaire samedi. Sur son site Web, la société basée au Nevada dit qu’elle «est la solution aux problèmes qui sont apparus ces dernières années en raison des changements dans la politique Big Tech influencés par divers groupes d’intérêts spéciaux. Comme le le journal Wall Street note, Parler n’utilise pas les algorithmes de recommandation de contenu que les autres plates-formes sociales font, des algorithmes qui déterminent le contenu que les utilisateurs voient finalement en fonction de leur comportement. Au lieu de cela, Parler montre aux utilisateurs tous les messages des autres utilisateurs qu’ils suivent.

Un reproche de longue date parmi les conservateurs sur les réseaux sociaux est que les algorithmes de Twitter et Facebook les discriminent, «interdisant» leur contenu. Jusqu’à présent, il n’y a eu aucune preuve concluante d’un tel comportement.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *